Thursday, June 1, 2017

OGD070 : Baby Fire / Brussels ( Pierre Vervloesem remix)


Cover art by A.L., pic from Dominique VKW


ODG070 : Baby Fire / Brussels (Pierre Vervloesem remix)

Brussels is the second single issue from the album Gold (see OCD033). It has been remixed by wizard Pierre Vervloesem. The song evokes some of the architectural disasters that have taken place in the belgian capital from the Fifties up until today.

Some press for the album:

“Gold ressemble à un trip post-punk en onze tableaux qui peut faire courir de sérieux frissons sur l’échine. A l’écoute, par exemple, de ce « Brussels » (« la ville aux ongles sales ») oppressant et presque lugubre. Ce « Tiger Heart » un peu Savages. Ou ce (trop) court « The Salamander », blues new wave à combustion lente.”
Didier Stiers - Le Soir

"Stevig, sexy en zelfbewust (…) Zoals de opener al liet horen is 'Gold' vooral ook een erg fysiek en vooral noisy punkalbum dat erg in your face klinkt. En dat is op tijd en stond erg aangenaam. De moeite, zeker voor noise- en punkfans."
Philippe De Cleen - damusic.be

Baby Fire is nu echt klaar om ontdekt te worden." 
(swat) - Gonzo (Circus)

Produit par Pierre Vervloesem (dEUS, Joy as a Toy), ce nouvel album maintient le post-punk sur la corde raide. Un exercice périlleux, accompli avec autant de grâce que de rage. 
Nicolas Alsteen - Larsen 

« Gold, le nouvel album de Baby Fire... le meilleur jusqu'au prochain ? La formation est en constante évolution et c'est à chaque fois un grand cran au-dessus de la précédente. »
Fred Brichau - Shoot Me Again

"I love it. It makes me want to spend the entire afternoon playing Baby Fire, Candelilla, Savages and then by as much as possible of the discography of Siouxsie and The Banshees. If only there wasn't so much other work to be heard as well. CD of the week had we such a thing of course." 
Frans de Waard - Vital Weekly

"Porté par le très beau chant expressif de Diabolita et des choeurs féminins, Gold brille dans les ombres. La beauté tour à tour glaciale ou abrasive ne laisse pas de marbre, dérange, hypnotise, s'envole dans de magnifiques mélodies (Brussels, How Do I Love Thee?), évoque des forces magnétiques sur le morceau Gold qui ne serait pas sans rappeler les récents Mütterlein, un blues moderne d'Européennes pour des contes pour adultes. Rien ne dépasse mais un pouvoir de suggestion énorme. Pas un coup de baguettes de trop, de la retenue mais de l'électricité dans l'air à chaque note. Il ne tient qu'à vous de vous laisser embarquer."
SKX – Perte & Fracas

"Minimal, minéral, lent et sacrément dense."
Dcalc - Des Cendres à la cave

"Gold is zonder twijfel het beste van wat Baby Fire tot nu toe heeft uitgebracht."
Didier Becu - Luminous Dash

"De optredens van deze dames zijn intensieve, dynamische en zeer energieke shows, iets wat ook in de elf tracks op het album “Gold” valt waar te nemen."
Valsam - Rootstime.be

« S'aventurer à l'intérieur de cet album à la beauté sépulcrale, traversé de martèlements lancinants et de feulements obsédants, de cet album fiévreux sur lequel planent les ombres intenses de PJ Harvey, Siouxsie ou Carla Bozulich, s'aventurer là, au coeur de ce brasier sonore, n'est pas une expérience de tout repos. Nous la recommandons néanmoins très chaudement." 8/10 
Jérôme Provençal - New Noise Mag (2014)

« Baby Fire folgen auf ihrem zweiten Album einer existenziellen Geworfenheit,
für die eigentlich Shannon Wright Expertin ist. Wo jedoch Wright das
Expressive, das Explosive wählt, da erhöht Van Cappellen-Waldock ihre
Möglichkeiten durch variantenreicheren Gesang und Nuancen der Verzweiflung.
Man könnte auch an PJ Harvey oder Siouxsie Sioux denken. Der Tod ist
allgegenwärtig, doch trotz aller Morbidität ist "The Red Robe" ein mitreißendes
Stück Musik geworden, das weit über irgendwelche Riot-Grrrl-Attitüden und
Retroaffinitäten hinausgeht. »
walk - www.wienerzeitung.at (2014)

« The overall tone of the release is one that combines sexy nonchalant vocals
(think Justine Frischmann of Elastica) with straightforward instrumentation, but
the best songs are the ones that are spookier and darker. As far as debut releases
go, this one outlines where the collaboration could move in the future, and it
certainly leaves a portrait of a band that has their future work cut out. »
Nicholas Zettel – Foxydigitalis.com (2011)

« Quand on pratique l’énergie comme un genre à part entière, une voix franche
et reconnaissable rend un album tout de suite plus abordable au commun des
mortels que je représente pour l’occasion. Si un déssablage auriculaire est prévu
pour vous, je vous conseille cette thérapie par le feu. »

Esprits Critiques – Mescritiques.be (2011)

'Brussels' video:



No comments: